en tête

Quoi de neuf ?

HALTE A LA DESTRUCTION DES MOULINS PRÉSENTS SUR LA DRONNE DEPUIS AU MOINS UN MILLÉNAIRE, ILS SERAIENT RESPONSABLES DE DIVERS MAUX !

dronne 01.jpg

dronne 02.jpg

dronne 04.jpg

euroarche.jpg

téléchargez
les europe-arche.pdf

Rejoignez-nous sur notre site Facebook :

LES AMIS DE L'ADRAHP


https://www.facebook.com/groups/157453061634779/invited/

FÊTES DES MOULINS



fetemoulins.jpg

Rome livre la salle à manger de Néron

Cinquième volet de la collection « Archéologie », avec la fameuse « cenatio rotunda » du premier siècle de notre ère, qui devrait être accessible au public en 2019.

https://lejournal.cnrs.fr/videos/lincroyable-salle-a-manger-tournante-de-neron

SORTIE DU SUPPLÉMENT N° 7 DE L'ADRAHP :

« ECORNEBŒUF – LA COLLINE DES PÉTROCORES -
DE OUESONA À VESUNNA »


par christian Chevillot


Samedi 2 septembre 2017 à Ecornebœuf.

ecorn03.JPG


Samedi 2 septembre, à partir de 16 h 30, l'équipe de l'ADRAHP a accueilli sur le prestigieux site d'Ecornebœuf, sur le lieu même des opérations de fouilles menées sous la direction de C. Chevillot de 2012 à 2015, plus de 150 personnes venues assister à la présentation officielle et à la vente de cet ouvrage de références sur les origines de la ville gallo-romaine de Vesunna-Périgueux. La séance de dédicace, avec trois des cinq co-auteurs qui ont contribué à ce remarquable ouvrage : Brice Ephrem (poissons), Eneko Hiriart (monnaies gauloises) et Laurence Benquet (amphores vinaires italiques). Denis Loirat (faune) et Mathieu Vivas (fourches patibulaires) , étaient absents, retenus par des obligations professionnelles.

Cette manifestation doit tout à la générosité et à la passion du patrimoine de ses propriétaires, Indy Zenildès-Combe et Jacques-Bernard Proust qui ont mis à notre disposition toutes les installations et les moyens nécessaires au bon déroulement de cette fête conviviale. Des gens exceptionnels et rares qui ont légué toutes les découvertes à la ville de Périgueux (Musée Vesunna).

Cette fête a été honorée par la présence des maires des deux communes, déjà très liées depuis la période gauloise, Coulounieix-Chamiers et Périgueux : Jean-Pierre Roussarie et Antoine Audi, qui ont évoqué au travers de ce lointain passé, l'avenir des deux communes probablement appelées à fusionner, comme à l'époque des Pétrocores. Mais aussi par Gérald Migeon, le conservateur du Service Régional de l'Archéologie, venu de Bordeaux, qui était également présent pour saluer cet événement.

Christian Chevillot et le bureau de l'ADRAHP remercient très chaleureusement Indy Zenildès-Combe et Jacques-Bernard Proust, propriétaires du site, Jean-Pierre Roussarie, maire de Coulounieix-Chamiers pour avoir offert le pot de l'amitié aux participants, Antoine Audi, maire de Périgueux pour l'achat de 30 ouvrages et Gérald Migeon (DRAC et SRA) pour l'aide financière apportée à la publication du livre.
Merci pour l'aide efficace à la préparation de cette fête, à mon ami Yvon Duteil, notre trésorier, à André Guillin, notre secrétaire et Lili Veyssy, notre trésorière-adjointe. Merci à mon complice de longue date, Laurent Bernat pour les merveilleuses lentilles gauloises au cumin et la fameuse « korma », petite bière fabriquée par les Pétrocores à base d'orge. Il a régalé les invités avec ses produits. Grâce à eux cette journée a été un grand succès.

Un grand merci à tous ceux, amis et sympathisants qui sont venus aussi nombreux à Ecornebœuf le 2 septembre, partager ce nouvel événement de l'ADRAHP. La longue file d'attente pour la dédicace du livre témoigne de cette réussite.


ecorn04.JPG
ecorn05.JPG


L'ADRAHP, par l'intermédiaire de deux de ces membres, a été mise à l'honneur. Les travaux de Stéphanie Mongibeaux ont été récompensés par la remise du Prix Vesunna le samedi 11 juin 2016 à la mairie de Périgueux, par Antoine Audy maire de Périgueux en présence de son créateur Jean-Jacques Dallemand et C. Chevillot, président de l'ADRAHP.


prixvesunna.jpg

et ceux de notre collègue Eneko Hiriart par le prestigieux « Prix Européen Joseph Déchelette » le 17 juin dans la bibliothèque du célèbre archéologue à Roanne. Toutes nos félicitations aux heureux récipiendaires.

prixdechelette.jpg

AVIS DE RECHERCHE

Nous recherchons toutes haches polies (longues, courtes) et objets en même matière, perles fragments anneaux ….etc. en jadéite ou autre en pierre verte pour étude.

Conditions:

1) trouvé en Dordogne.

2) le lieu de la trouvaille dument précisé.

Les pièces ne seront pas gardées, seulement mesurées, longueur, largeur, épaisseur, et photographiées idem.

S'adresser à:

C. Chevillot (c.chevillot@wanadoo.fr) ou A. Guillin (andre.guillin@wanadoo.fr)

Exemples:

index.jpg

index 2.jpg

index 3.jpg

BIBLIOTHÈQUE DE L'ADRAHP


bi.jpg

PALÉOGRAPHIE
Nos amis médiévistes et autres Historiens, fini les problèmes de déchiffrage des actes!

Un nouvel outil est en train d'être crée.
Logiciel dédié aux généalogistes et historiens

Champollion 2.0

le scribe des paléographes

Intéressé? voir ; https://www.indiegogo.com/projects/logiciel-dedie-aux-genealogistes-et-historiens#home

ATTENTION
ENCORE UNE VICTIME DE LA POELE A FRIRE
Exemple à suivre : l’Etat est souvent, dans ce domaine, disons….procrastinateur.

Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné vendredi à une amende douanière de 197.235 euros et six mois d'emprisonnement avec sursis un vigneron, poursuivi pour avoir dérobé des centaines d'objets anciens sur des sites archéologiques.
L'homme âgé de 60 ans a été reconnu coupable d'exécution de fouilles sans autorisation, de vente du produit de ces fouilles et de détention d'objets archéologiques. Pour complicité, son épouse a été condamnée à une amende pénale de 3.500 euros.
L'homme a été reconnu coupable d'avoir fouillé des sites archéologiques, principalement gallo-romains, dans l'Aube, la Marne et la Seine-et-Marne....

Une qualification des faits qu'ils réfutent, assurant s'être contentés de ramasser des objets trouvés dans des champs, avec l'aide d'un détecteur, à l'occasion de promenades.
Il ne se savait pas en infraction. (ah oui. heautontimorumenos. Le pôvre)
"Il n'y a absolument pas eu de pillage", plaide leur avocat, Me Denis Tailly-Eschenlohr. "Mes clients étaient d'une parfaite bonne foi. Ils pensaient que demander l'autorisation des propriétaires du champ suffisait, ils ne connaissaient pas les règles", assure-t-il.
Preuve, selon l'avocat, de cette "bonne foi": l'accusé avait rédigé en 2010 un testament dans lequel il léguait une partie de sa collection au musée d'Epernay (Marne). "A aucun moment, il n'a été dans une logique de prédation", assure Me Tailly-Eschenlohr.
Le vigneron avait été interpellé le 5 février 2012 à La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) lors d'un contrôle routier réalisé par les douaniers. A bord du véhicule se trouvaient des bouteilles de champagne, en règle, mais aussi 112 pièces anciennes que le viticulteur avait prévu de vendre ou d'échanger dans une bourse aux monnaies à Argenteuil.
Chez lui, un "petit musée" de 2 300 objets
A la demande du parquet de Meaux, une perquisition avait alors été menée au domicile du vigneron, où les douaniers avaient trouvé un véritable petit musée : 2 300 objets anciens, parmi lesquels des pièces de monnaie, des poteries, des bagues et des colliers, pour la plupart d'époque celte ou gallo-romaine.
Sur les 2 300 objets recensés, une grande partie a été découverte par le grand-père de l'accusé, qui avait initié son petit-fils à la recherche d'objets anciens et lui a transmis en héritage sa collection. D'autres ont été acquis ou échangés lors de salons, et d'autres lui on été donnés.
"Plus de 90% des objets ont été trouvés ou acquis avant 2009. Or en matière de détection non autorisée, la prescription est de trois ans", détaille l'avocat du prévenu, qui entend soulever la nullité de la procédure lors de l'audience de mardi.
520 000 pillages par an
Selon l'association Halte au pillage du patrimoine archéologique et historique (HAPPAH), au moins 520 000 objets sont pillés chaque année en France.
Ces vols, qui concernent principalement des objets de l'époque gauloise, antique et médiévale, comme les pièces de monnaie, sont le fait d'environ 10 000 prospecteurs munis de détecteurs de métaux et visent notamment les églises en ruines, les châteaux et les sites archéologiques.

PILLAGE

Des français, une femme de 47 ans et un homme de 31 ans ont été arrêtés en Espagne et inculpés pour des vols commis sur le site archéologique d'Empuries, en Catalogne, a annoncé la police espagnole dimanche. Les deux individus sont soupçonnés d'avoir pillé ce site gréco-romain (Ampurias en castillan) surplombant la Méditerranée près de Gérone, dans le nord-est du pays. Les policiers "ont trouvé plusieurs pièces de monnaie, des broches et d'autres objets en métal, couverts de rouille et de terre, dans les vêtements du couple", a détaillé la police catalane dans un communiqué.
Deux détecteurs de métaux et deux pioches ont par ailleurs été retrouvés dans leur véhicule garé jeudi sur un chemin conduisant à l'arrière du site archéologique. Des policiers ont repéré le couple dans la voiture et "étant donné l'endroit où ils se trouvaient", ils ont "fouillé le véhicule et ses deux occupants", poursuit le communiqué. Quelque 33 trous dans le sol, d'apparence récente, ont été découverts par les policiers sur ce site de ruines situé aux abords de la commune de L'Escala. Le site, qui comporte un petit musée, abrite les ruines de plusieurs temples grecs ainsi que les restes d'un amphithéâtre romain et de deux villas romaines.
Sources : AFP 23-08-2015

ADRAHP : Siège Social : Centre Socioculturel, Mairie - 24650 CHANCELADE (FRANCE)

6350 visites

Accès admin